Now Reading:
Le lexique BD Comics Manga

Incollables sur les Shonen ? Vous collectionnez les TPB ? Vous savez mimer au moins trois onomatopées ?

Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre nos dossiers pour découvrir la bande dessinée, les comics & les mangas et à nous poser des questions sur des termes techniques.

Qu’à cela ne tienne, on vous propose notre lexique maison pour être incollable sur le monde du 9ème art !

📰 Au Sommaire

1. VOCABULAIRE COMMUN AUX 3 MÉDIUMS
2. TERMES GÉNÉRIQUES LIÉS AU MÉDIUM DE LA BANDE DESSINÉE EUROPÉENNE
3. TERMES SPÉCIFIQUEMENT LIÉS À LA BANDE DESSINÉE ASIATIQUE
4. TERMES SPÉCIFIQUEMENT LIÉS À LA BANDE DESSINÉE AMÉRICAINE
5. LES MÉTIERS DU LIVRE
6. TERMES TECHNIQUES DU LIVRE

« La créativité, ça ne s’ouvre pas comme un robinet, il faut l’humeur adéquate. »

Bill Watterson

VOCABULAIRE COMMUN AUX 3 MÉDIUMS 📔

Album : Désigne l’objet livre de bande dessinée.

Art-book : Beau livre réunissant dessins, croquis, illustrations ou informations spécifiques sur le travail et l’univers d’une série, d’un auteur ou d’un univers. Utilisé par extension pour les beaux livres sur les animes.

Autoédition : L’auteur est lui-même éditeur de ses œuvres et s’occupe de l’impression, voire de la diffusion de ses propres livres.

BD numérique (ou Webcomics) : Bande dessinée créée spécialement pour être lue sur écran. Un très bel exemple ici avec Phallaina.
(voir Webtoon plus bas)

Crossover : Histoire qui mêle des personnages de plusieurs univers ou qui se déroule dans plusieurs séries.

Cycle (ou arc narratif) : Regroupement de plusieurs épisodes qui forment une aventure complète et qui se développe sur plusieurs tomes sans conclure l’histoire au sens large. Une série peut proposer plusieurs cycles de tailles différentes.

Fan-fiction : Récit ou série qui reprend de manière non officielle un univers ou un personnage populaire. Les auteurs de ces fan-fictions prolongent ou modifient les histoires qu’ils aiment dans ces publications qui ne sont pas des parodies mais bien de nouvelles histoires alternatives.

Fanzine : Mot valise qui contient fan et magazine. Il désigne une publication artisanale, individuelle ou collective, réalisée en marge des circuits de production. Il peut être de nature artistique ou critique.

Intégrale : Regroupement de plusieurs albums destinés à présenter une histoire complète ou un cycle complet.

One-shot : Désigne un album qui n’appelle pas de suite directe.

Onomatopée : Matérialisation graphique d’un bruit ou d’un son avec des lettres et des symboles.

PAL (voir aussi tsundoku plus bas) : Acronyme de Pile à Lire. Désigne l’accumulation de livres qu’il reste à lire avant de les ranger dans la bibliothèque. Les Booktubers (YouTubers du livre) et les blogueurs se sont approprié ce terme et mettent en scène leurs PAL, leurs achats qui vont la rejoindre…

Pré-publication : Histoire ou partie d’une histoire publiée dans un journal avant sa publication complète en album. Pour le manga ou le comics, c’est une étape plus courante qu’en Europe où les grands journaux de publication ont presque tous disparu.

Récitatif (ou ensemble de didascalies) : Indication de temps ou de lieu que l’on retrouve dans les cartouches le plus souvent.

Roman graphique : Traduction littérale du terme « graphic novel » popularisé par Will Eisner pour désigner une œuvre dont l’ambition est de traiter un sujet à l’égal de la littérature. L’auteur a également donné un canon, avec l’idée de monovolume, de la mise en avant du texte plus que du dialogue et de récit dense en noir & blanc.

Run (ou arc) : Désigne le cycle qui a une unité propre. Où un scénariste (ou plus rarement un dessinateur) travaille sur un personnage ou un univers particulier. Son intervention se place le plus souvent dans la continuité, mais peut être lue indépendamment de la série principale.

Scantrad : Traduction pirate (le plus souvent d’un manga ou d’un comics) faite par des fans. Disponibles en ligne et souvent avant les parutions officielles, ces traductions sont illégales même si elles sont très populaires.

Séquence : Suite de cases ou d’images formant un ensemble narratif.

Série : Oeuvre dont chaque album s’attache à raconter une aventure d’un ou plusieurs personnages récurrents ou histoire qui se déroule en plusieurs épisodes.

Spin-off : Série dérivée ou album tiré de la série principale.

Spoiler : Je n’ose rien dire sur ce mot pour ne pas tout gâcher.

Story-arc : Regroupe plusieurs épisodes qui forment une aventure complète ou un run.

Synopsis : Résumé en quelques paragraphes de l’histoire servant de base au scénario.


© Wolverine’s Skeleton d’Eliot R. Brown + insert de Frank Miller, Marvel

TERMES GÉNÉRIQUES LIÉS AU MÉDIUM DE LA BANDE DESSINÉE EUROPÉENNE 📚

Bédéphile : Un mot étrange, pas vraiment documenté par l’Académie Française ou les dictionnaires de références, mais qu’on retrouve un peu partout et qui peut désigner plusieurs choses. Amoureux des bandes dessinées, collectionneur compulsif ou érudit du domaine, la bédéphilie peut être vue comme une branche de la bibliophilie, qui concerne elle le collectionneur de livres rares et précieux. 

Bédéiste : Terme barbare crée pour designer les auteurs de bande dessinée.

BDM : Crée par Michel Béra, Michel Denni et Philippe Mellot qui donnent leurs initiales à l’argus officieux de la bande dessinée. Ouvrage qui donne des cotes qui font référence sur le marché de l’occasion, des tirages spéciaux et des premières éditions. Assez contesté et critiqué sur les cotations indiquées, il est le seul ouvrage de ce genre existant depuis 1978, mais plusieurs sites essaient de proposer des alternatives.

BDthèque : Terme virtuel qui n’existe pas plus que bédéphilie, la bibliothèque lui reste préférable, car on a rarement que des bandes dessinées et le terme inspire un lieu chaleureux quand la BDthèque ramène plutôt à la bibliomanie.

Coffret : Reliure (le plus souvent en carton) qui peut contenir plusieurs albums pour les protéger ou les mettre en valeur.

Fumetti : Désigne les bandes dessinées italiennes (et la bande dessinée en général en italien)

Illustré : Terme vieilli désignant les bandes dessinées, issues des journaux illustrés (expression un peu péjorative qui sous-entend le caractère enfantin des BD comme “les petits miquets”)

Ligne claire : Terme forgé dans les années 70 par Joost Swarte pour désigner le style d’Hergé et des auteurs qui s’en réclament, autour d’une volonté de lisibilité et de stylisation du trait.

Neuvième art (ou 9ème art) : Expression popularisée par Morris, le dessinateur de Lucky Luke, pour désigner la bande dessinée parmi les arts classiques. Avec le 7ème art (cinéma), ce sont les seuls pour lesquels on utilise régulièrement l’expression.

« Le manga travaille sur la vitesse de lecture, la bande dessinée demande au lecteur de s’arrêter sur les détails de chaque case. »

Jiro Taniguchi

TERMES SPÉCIFIQUEMENT LIÉS À LA BANDE DESSINÉE ASIATIQUE 👺

Anime comics : Manga qui est composé d’images en couleurs d’un anime, et non de dessins originaux, auxquelles on ajoute des bulles, un récitatif ou des dialogues.

Bunkobon (ou bunko) : Désigne les mangas reliés au format poche (format A6 & couverture souple)

Dôjinshi (ou Doujinshi) : Publications réalisée par des mangakas amateurs (ou parfois par des auteurs confirmés) sous forme de fanzines, qui reprennent une série populaire. Ces pastiches ou fan-fictions développent l’univers ou les personnages sans contraintes éditoriale ou de continuité.

Ecchi : Désigne les mangas à connotations sexuelles avec une tendance à viser l’humour plus que la pornographie. À différencier du Hentai (voir plus bas) qui désigne plus les mangas érotiques ou pornographiques.

Fan service : Pratique populaire où les auteurs font plaisir à leurs fans en ajoutant des détails ou des scènes qui ne sont pas utiles à l’histoire, mais plaisent au public. Une grande majorité de ces fan services proposent des dessins des héros & héroïnes en tenues sexy.

Gekiga : Expression désignant un style de manga réaliste et qui se préoccupe des problématiques de société. Genre apparu dans les années 60–70 en marge du manga dans sa définition de l’époque.

Harem : Oeuvre dans laquelle le personnage principal masculin est entouré de personnages féminins ayant un intérêt romantique pour ce dernier.

Harem inversé : Oeuvre dans laquelle le personnage principal féminin est entouré de personnages masculins ayant un intérêt romantique pour cette dernière.

Hentai : Terme désignant les mangas érotiques ou pornographiques.

Josei : Manga destiné à un public de femmes adultes.

Kodomo : Manga destiné à un public d’enfants.

Lemon: Fanfiction à caractère érotique ou pornographique ou indication de passages érotiques dans une fanfiction.

Lightnovel: Roman ou série de romans illustrés qui accompagnent souvent une série populaire ou une licence. Ces petits romans généralement destinés à un public ado sont prépubliés dans les revues au même titre que les mangas.

Magical girl (ou Mahōshōjo) : Manga dans lequel les personnages (généralement féminins) possèdent des pouvoirs ou des artefacts magiques.

Manga : Mot générique qui désigne la bande dessinée japonaise en général (et la bande dessinée en général au Japon). Le terme serait repris des carnets de dessin du peintre Hokusaï au début du XIXe qui faisait des dessins plus libres dans ses carnets.

Manga-manbun : Manga particulier qui se compose d’un dessin avec légende, ou un strip. Inspiré des comics strip américains.

Manhua (et lianhuanhua): Manhua est un mot générique qui désigne la bande dessinée chinoise. Lianhuanhua indique, lui, une forme plus populaire et ancienne que le manhua.

Manhwa : Mot générique qui désigne la bande dessinée coréenne.

Mecha : Abréviation de « mechanical » qui désigne les mangas de genre basés sur les armures et robots de combat.

Moe : Mot d’argot japonais décrivant des sentiments d’affection parfois exacerbés envers des personnages de fiction. Ce qualificatif devenu un genre de manga se rapproche du kawaii (mot japonais qui désigne tout ce qui est mignon) mais poussé à l’extrême.

Seinen : Manga destiné à un public adulte.

Sentai : Désigne le genre très codifié des super-héros japonais. Des fictions d’action très populaires à la télévision japonaise et inspirées par les créations du mangaka Shotaro Ishinomori.

Shôjo : Manga destiné à un public de jeunes filles.

Shojo Ai : Manga qui décrit une histoire d’amour platonique entre un ou plusieurs personnages féminins. À ne pas confondre avec les Yuri.

Shônen : Manga destiné à un public de jeunes garçons.

Shonen Ai : Manga qui décrit une histoire d’amour platonique entre un ou plusieurs personnages masculins. À ne pas confondre avec les Yaoi.

Shitei : Désigne les mangas humoristiques au sens large.

Slice of Life (ou Tranche de vie) : Désigne un genre de manga plus ancré dans la réalité avec peu d’action, montrant la vie quotidienne des personnages ou de la société.

Sonyung manhwa : Manhwa dont la cible est un jeune public masculin (équivalent du shônen japonais)

Story manga : Désigne les mangas qui se suivent sur plusieurs chapitres ou volumes avec une conception de l’intrigue à rebondissement le plus souvent. Genre popularisé par le dieu du manga, Osamu Tezuka.

Suiri: Manga policier qui prend place généralement dans un cadre scolaire.

Sunjeong manhwa : Manhwa dont la cible est un jeune public féminin, (équivalent du shôjo japonais)

Tankôbon : Terme générique pour désigner les recueils de publications précédemment prépubliées dans les journaux. Ce sont ces versions qui sont utilisées le plus souvent comme base de traduction pour les éditions européennes et américaines.

Tshungnyun (ou chungnyun) : Manhwa s’adressant à un public plus adulte (équivalent du seinen japonais)

Tsundoku : Terme qui désigne les piles de livres qui ne seront pas lues ou des livres prêts à être lus sur l’étagère.

Yaoi (ou boys’ love) : Désigne les œuvres qui mettent en scène des relations sentimentales et/ou sexuelles entre personnages de sexe masculin destinées à un lectorat féminin. Il se distingue du Men’s love (ou bara) qui lui, est destiné à un lectorat masculin.

Yuri (ou Girls’ Love) : Désigne les œuvres qui mettent en scène des relations sentimentales (et plus rarement sexuelles) entre personnages de sexe féminin.

Yonkoma : Forme de manga figée en quatre cases, le plus souvent humoristique ou autobiographique.

Webtoon : format de bande dessinée adapté à la lecture en ligne et sur smartphone, très populaire en Corée du Sud.

© À l’intérieur des Yôkaï de Shigeru Mizuki chez Cornelius/ Mizuki Productions / Cornélius 2018

TERMES SPÉCIFIQUEMENT LIÉS À LA BANDE DESSINÉE AMÉRICAINE 🗽

Annual : Un comics-book hors série avec une forte pagination qui parait une fois par an ou plusieurs fois à des occasions spécifiques.

Cartoon : À ne pas confondre avec le dessin animé (animated cartoon), ce mot désigne aussi la bande dessinée américaine sous forme de strip. Les auteurs de bande dessinée qui travaillent sur ce format sont des cartoonists.

Comics : Mot générique qui désigne la bande dessinée américaine en général (et la bande dessinée tout court aux USA). On parle aussi de Cartoons ou de Funnies, mais ces termes plus marqués sont plus spécifiquement liés à la presse.

Comic book : Recueil ou fascicule qui propose une histoire complète ou une histoire à suivre, à parution régulière. À distinguer du paperback (voir plus bas).

Comic strip : Bande dessinée issue de la presse quotidienne (puis des pages des suppléments du dimanche) avec certains titres à suivre ou aux gags indépendants.

Comix : Déformation de comics, jouant sur la sonorité et le X final pour marquer une rupture avec l’industrie en place. Le terme désigne les comics undergrounds apparus dans les années 60–70.

Creator-Owned : Personnage ou série dont les droits appartiennent à leurs auteurs et non à l’éditeur comme c’est l’usage aux USA.

Golden-Age : Âge d’or du comics, de la naissance de Superman en 1938 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le moment où tout a commencé pour les comics. Puis le Silver-Age (âge d’argent) suit le Golden-Age dans l’histoire des comics, du milieu des années 50 au début des années 70. Suivrons l’âge de bronze (du début 1970 à 1986) et enfin la période contemporaine.

Relaunch : Relance d’une série au numéro #1 (en précisant l’époque ou la période nouvelle). Un relaunch est souvent accompagné d’une refonte graphique.

Strip : Littéralement « bande », il désigne les bandes dessinées issues de la presse quotidienne avec certains titres à suivre ou aux gags indépendants.

Super-héros : Personnage doué de pouvoirs ou de responsabilités exceptionnelles. Le personnage le plus iconique & ancien est bien sûr Superman.

Syndicate : Nom qui désigne les agences de presse qui s’occupent des droits des séries et comics strips et les places dans les différents journaux.

Tie-in : Histoires annexes qui ne participent pas de la trame principale, mais permettent d’en savoir plus sur un des embranchements de l’histoire lors d’un crossover en général. Ces récits sont rattachés à l’histoire principale et sont facultatifs.

TPB (trade paper back) : Intégrale d’un run ou story-arc en comics-book, format qui est le plus souvent utilisé pour les traductions étrangères.

« La bande dessinée, c’est comme le cinéma, même si c’est un cinéma de pauvres. »

Hugo Pratt

Les Métiers de la bande dessinée 👔

Autrice, auteure et auteur : Depuis quelques années, les créatrices de bande dessinée ont proposé de revenir à un mot ancien, autrice, pour lutter contre le sexisme et l’invisibilisation des femmes dans le milieu, plutôt que auteure ou auteur. Vous pouvez lire cet article d’Audrey Alwett qui explique bien cette distinction et son importance & consulter le site du collectif des créatrices de BD contre le sexisme.

Assistant : Au Japon, les auteurs fonctionnent beaucoup en studio avec un auteur qui possède sa propre série et qui emploie des assistants pour le seconder sur différents domaines afin de tenir les délais généralement serrés. Les assistants peuvent être dédiés à plusieurs tâches ou une fonction en particulier, certains sont là pour dépanner ou d’autres suivent le même auteur plusieurs années.
C’est souvent un métier que font les apprentis mangaka à la demande des éditeurs pour les former, certains assistants se lancent dans leur propre série.

Coloriste : Artiste qui est spécialisé dans la mise en couleur des albums et des planches. Il est fréquent qu’un dessinateur soit aussi son propre coloriste.

Cover-Artist : Dessinateur chargé de réaliser une couverture de comic-book ou spécialisé dans ce type de commande.

Diffuseur : Entreprise représentant plusieurs éditeurs chargée de commercialiser les livres auprès des professionnels, ils gèrent également le transport, les stocks et les retours.

Éditeur : Entreprise qui imprime et commercialise des livres après avoir acheté les droits auprès des auteurs. Il en assure la promotion et la gestion des droits et organise leurs catalogues et collections autour de lignes éditoriales plus ou moins spécialisées.
Le terme désigne aussi par extension les professionnels de l’édition qui éditent les oeuvres : sélectionnent les projets et accompagnent les auteurs de l’idée à l’impression. Ils peuvent être éditeur dans leur propre maison ou directeurs de collection.

Imprimeur : Entreprise chargée d’imprimer les livres et d’assurer la conception intégrale de l’objet.

Lettreur : Artiste ou studio spécialisé dans la conception des polices pour lettrer par ordinateur ou le lettrage manuel.

Mangaka : Désigne un auteur de Manga.

Manhuajia : Désigne un auteur de Manhua.

Manhwaga : Désigne un auteur de Manhwa.

Tantô : Désigne un assistant éditorial dédié à un mangaka. Rôle très important au Japon, les auteurs publiés dans les grandes maisons d’édition ont tous un tantô qui fait office d’éditeur, de correcteur et parfois de scénariste non crédité.

© Anatomie d’un livre, source Wikipedia

TERMES TECHNIQUES DU LIVRE 👷

Bichromie : Technique d’impression en deux couleurs obtenue suite à deux passages d’impression.

Bleu : Fac-simillé (voir plus bas) de la planche tirée au format de parution où le dessin est imprimé avec un trait bleu pour faciliter l’encrage ou la mise en couleur. Les traits bleus (ou d’autres couleurs) n’apparaissent pas à l’impression.

Bords perdus : Case qui n’est pas bordée par une marge ou qui touche l’un des bords de la page.

Bulle (ou ballon ou phylactère): Matérialisation de la parole en bande dessinée, généralement représentée par une bulle avec un trait vers le personnage. Le phylactère peut indiquer également la pensée, et sa forme peut changer pour accompagner cette distinction.

Cartouche (ou récitatif ) : Texte encadré qui commente l’action, indique un lien ou une temporalité. Il peut aussi être utilisé pour matérialiser une voix off.

Case (ou vignette) : Élément principal d’une page de bande dessinée, la case délimite un espace fini, qui est pourtant lié aux cases attenantes et qui existe difficilement seul.

Crayonné : Première étape effective du travail du dessinateur où il met en place les éléments visuels de la planche et des cases au crayon (ou sous forme numérique) en cherchant et corrigeant jusqu’à trouver le dessin recherché. Ce crayonné sert de base à l’encrage ou à la couleur (plus rare, voir couleur directe.)

Couleur directe : Procédé de mettre directement la couleur sur la planche originale sans passer par le « bleu » ou le numérique.

Couverture : Première page cartonnée d’un livre qui protège les feuilles et présente l’album. Ce que l’on appelle couramment couverture s’appelle un plat en termes techniques. Par extension, ce terme désigne le dessin qui figure sur la couverture du livre. La quatrième de couverture, elle, désigne le verso du livre.

Copyright : Souvent abrégé en © ce terme indique que l’œuvre, le texte et les visuels ont fait l’objet d’un dépôt légal et que toute utilisation nécessite un accord du propriétaire.

Découpage (ou storyboard) : Manière de présenter les cases et les séquences visuelles qui servent la narration. Le découpage est la structure de l’album (en japonais cette étape s’appelle Nemu)

Dépôt légal : Obligation de l’éditeur d’enregistrer chaque parution à la Bibliothèque Nationale et d’y déposer deux exemplaires.

Dos : Appelé tranche par usage, le dos est la partie qui maintient la reliure du livre. C’est également la seule face visible dans les rayonnages de nos bibliothèques.

Ellipse (ou espace inter-iconique) : Espace séparant deux cases et par extension raccourci narratif qui permet de jouer sur la temporalité. La bande dessinée est un art de l’ellipse et sa compréhension repose sur ce principe.
À ne pas confondre avec les techniques d’écriture que sont les flash-back : “retour en arrière” ou les flash-forward : “bond en avant”.

Encrage : Étape finale du dessin, pour mettre au propre le crayonné. Certains artistes américains se sont spécialisés dans cette technique et forment une profession indépendante au même titre que les coloristes.

Ex-libris : Image tirée à part, le plus souvent sous forme de sérigraphie ou d’image imprimée servant à la promotion d’un album.
Le caractère inédit du dessin et/ou sa rareté en font un objet prisé des collectionneurs. Il est très souvent numéroté et signé par son auteur.

Fac-simillé : Reproduction d’une planche à l’identique.

Format à l’italienne : Album imprimé sous « format paysage. »

Gauffrier : Découpage d’une planche sous forme de grille régulière avec le même nombre de cases sans variations ou presque.

Gouttière : Désigne l’espace entre les cases (le plus souvent blanc) qui participe aussi de la narration dans le vocabulaire propre à la bande dessinée.
Désigne également la tranche face au dos sur l’objet livre.

Insert (ou incrustation) : Case ou plusieurs cases enchâssées dans une autre.

Itération iconique : Procédé qui permet de raconter une histoire avec une ou plusieurs cases limitées en les dupliquant (et en modifiant les dialogues)

Jaquette : Couverture imprimée sous forme de couverture souple à rabats qui se rajoute en supplément de la couverture existante (ou plat.)

Lettrage : Étape qui consiste à écrire le texte dans les bulles ou les cartouches. La plupart du temps, il est réalisé à la main, mais est plus en plus réalisé par ordinateur à l’aide de polices personnalisées.

Licence : Enregistrement d’une propriété intellectuelle qui permet de gérer une œuvre et ses produits dérives

Médium : Singulier de média qui désigne le support d’une œuvre. On parle de médium bande dessinée au même titre que le médium littérature.

Mise en page : Désigne à la fois l’organisation des cases et de la planche mais aussi le travail de maquette de l’album.

Offset : Technique d’impression la plus courante sur presse, utilisée pour l’impression des albums de bande dessinée.

Planche : Désigne une page de bande dessinée.
Une planche originale est la feuille sur laquelle a travaillé directement le dessinateur, objet unique les planches originales font l’objet d’un marché à la mode en ce moment et de spéculations particulièrement attractives.

Plat (voir couverture plus haut) : Terme technique qui désigne la couverture du livre.

Propriété intellectuelle : Forme juridique qui protège les œuvres de l’esprit et de la création artistique. Dans certains pays comme les États-Unis, la loi préfère le copyright (voir plus haut.)

Sérigraphie : Technique d’impression qui procède par couches de couleurs alternatives. Une technique un peu plus couteuse que le Offset, la sérigraphie est souvent réservée aux albums luxe ou aux illustrations. Elle peut être faite de manière artisanale pour des illustrations de luxe, des fanzines, des produits dérivés…

Tirage : Nombre d’exemplaires imprimés pour un album et une édition. Chaque réimpression donne lieu à un nouveau tirage, indiqué comme une nouvelle édition dans l’album même s’il est imprimé à l’identique. Les collectionneurs recherchent très souvent les premières éditions.

Tirage de tête : Version d’un album légèrement différente de la version classique qui sort en amont de la sortie officielle. Son prix est plus élevé et bénéficie souvent d’un format plus luxe ou d’une numérotation, signature, etc…

Tranche : Appellation rentrée dans le langage courant qui désigne le dos du livre. La tranche désigne en réalité les 3 autres côtés de bords libres des feuilles : tranche de tête (dessus), gouttière (face) et tranche de queue (dessous)

Volume (ou tome) : Album numéroté qui fait partie d’une série.

« Il y a ceux qui écrivent l’histoire et ceux qui ont besoin de lunettes pour la lire. »

Greg

Découvrir tous nos dossiers : bande dessinée, comics et mangas

Illustration principale :
©
L’art invisible de Scott McCloud, Delcourt

23 comments

Répondre à Découvrir les comics — ép.3 : Le renouveau héroïque en 10 essentiels – Bubble Blog Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Input your search keywords and press Enter.