Now Reading:
Sentry de Paul Jenkins & Jae Lee, Panini Comics

Réédition de ce comics hors-norme de Paul Jenkins & Jae Lee (qui s’étaient déjà fait remarquer pour leur travail réussi sur Inhumans – Tour d’Ivoire) avec un personnage tout à fait hors-norme : The Sentry. Un super-héros quasi invulnérable que tout le monde avait oublié, que ce soit parmi les super-héros, les lecteurs ou jusqu’à son créateur Stan Lee

Un vrai-faux super-héros !

Énorme coup de communication sans précédent, distillé dans plusieurs magazines à la fin des années 1990/début 2000 où Paul Jenkins invente de toute pièce un super-héros crédible, qu’il présente comme ancien, en jouant avec le lecteur et son personnage amnésique. Toute la saga tourne autour de ce mystère : Robert Reynolds commence à entendre une voix intérieure qui lui dit qu’il est un super-héros, qu’il doit se rappeler qui il est pour sauver le monde à nouveau. Personne ne le connaît, personne ne sait qui est The Sentry. Il va à la rencontre de ses anciens alliés qui doutent : son meilleur ami Mister Fantastique, son vieux coéquipier Hulk, son protégé Spider-Man… Ils vont se rappeler de leurs aventures et tenter de comprendre pourquoi ils ont oublié ce héros que l’on découvre progressivement comme le plus puissant de tous.
Robert Reynolds est-il fou ? Ou trop lucide sur l’arrivée de Void, la plus grande menace de l’humanité ? Pourquoi Les 4 fantastiques se sont laissés des indices pour ne pas retrouver la mémoire ? Pourquoi Hulk est le seul à reconnaître son ancien ami ?

Faux comics, photos, références, épisodes trafiqués… cette mini-série regorge d’idées et de dispositifs pour jouer avec le lecteur et ses connaissances et mieux le faire plonger dans cette fiction à plusieurs niveaux de lecture. L’écriture de Paul Jenkins nous attire dans son piège où la voix intérieure de Reynolds/Sentry semble s’adresser au lecteur autant qu’au personnage. Où il connaît suffisamment bien l’univers Marvel pour insérer des bribes de son récit et installer son personnage. Le personnage de Sentry évoque Superman, entre sa puissance ultime mais aussi son questionnement moral, son sentiment de ne pas appartenir à l’humanité malgré son grand attachement. Mais on découvre un Superman paumé, alcoolique, et schizophrène qui cherche un passé que tout l’univers a oublié. Un effacement de la mémoire collective couplé à son amnésie, qui donne une atmosphère sombre à l’ensemble.

Et si son vrai pouvoir était celui de nous avoir fait croire en lui ? 

Jae Lee assoit la création graphique de ce nouveau personnage et l’installe dans un style réaliste et sombre, aux côtés de sa reprise réaliste des Avengers, FF, X-Men, Spider-Man. Son dessin aux traits épais et à l’encrage envahissant marche à merveille pour créer l’ambiance noire et désespérée de la vie & souvenirs de Sentry. 

Un titre pourtant très graphique, entre les fausses couvertures et pages de comics “old fashioned” qui pastichent les unes des années 1960, le trait dense de Jae Lee ou l’épisode centré sur Hulk dessiné par Bill Sienkiewicz, cette série est un feu d’artifice visuel. Un parti-pris graphique très intriqué avec le récit, passant d’un style à l’autre, d’une époque à l’autre…  et qui rappelle un peu le travail d’Alan Moore (& Chris Sprouse, Alex Ross, Rick Veitch) sur Supreme qui présentait déjà cette idée de jeux temporels, re-créations graphiques selon les époques et plusieurs niveaux de lecture.

Difficile d’en dire plus sans tout gâcher, le suspense tient le récit (et le lecteur) tout au long de cette quête d’identité. Mais sachez qu’à la relecture, pas mal de choses ressortent, et le plaisir est toujours là. Depuis ce lancement étonnant, Sentry a pris sa place parmi les grands héros de l’univers Marvel et on le retrouve assez fréquemment. Un livre indispensable à plus d’un titre tant pour sa virtuosité à nous imposer un nouveau héros comme déjà adopté que pour son exploration des créations Marvel et ses grands héros vulnérables à l’une des plus grandes menaces. Les champions de l’univers pris en défaut par leurs propres mémoires…

RETOUR AU SOMMAIRE
Ce qu’il ne fallait pas manquer en juin 2019

Illustration principale & images extraites de l’album

© Paul Jenkins/Jae Lee/Panini Comics/Marvel

1 comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Input your search keywords and press Enter.