Now Reading:
Passion frisson : la sélection d’Halloween pour les jeunes courageuses & courageux

Octobre, c’est le mois des courges, mais aussi celui du frisson ! Avec Halloween qui pointe le bout de son nez en fin de mois, c’est le moment idéal pour se faire quelques frayeurs et tester ses limites.
Pourquoi ne pas accélérer les battements de son cœur à l’aide de quelques bandes-dessinées ?

Voici une sélection de 5 livres, pour les plus jeunes et pour les plus grands, qui n’ont pas peur de vivre des émotions fortes ! 

SOMMAIRE 📰

LA VIE HANTÉE D’ANYA de Vera Brosgol, Rue de Sèvres
MORT ET DÉTERRÉ, T1 Un cadavre en cavale
de Jocelyn Boisvert & Pascal Colpron, Dupuis
CHRONIQUES DE L’ÎLE PERDUE
de Loïc Clément & Anne Montel, Soleil, collection Métamorphose
BERGÈRES GUERRIÈRES, T3
de Jonathan Garnier & Amélie Fléchais, Glénat
109 RUE DES SOUPIRS, T1 Fantômes à domicile
de Mr Tan & Yomgui Dumont, Casterman

LA VIE HANTÉE D’ANYA de Vera Brosgol, Rue de Sèvres

(👶 à partir de 13 ans)

Anya a des difficultés d’intégration dans son établissement. Elle ne compte pas beaucoup d’ami•e•s notamment à cause de ses origines d’immigrée.

Un jour, elle chute dans un puits où elle fait la rencontre surnaturelle d’une fille de son âge devenue fantôme. Si elle parvient à s’échapper du trou et de l’intérêt très poussé de l’ectoplasme pour sa personne, quelle n’est pas sa surprise de la retrouver par hasard chez elle.

Cette amitié nouvelle la rend d’abord inquiète, perplexe, puis elle finit par y voir de sérieux avantages. Elle peut effectivement compter sur un esprit bienveillant étant capable de se faufiler partout en toute discrétion. Mais bienveillant, il ne l’est finalement pas tant que ça, et ce fantôme soi-disant amical pourrait bien faire déchanter la jeune fille.

Le dessin souligne l’aspect inquiétant de l’intrigue en restant dans les gammes très sombres du noir, du bleu encre et du gris, mais sa rondeur permet d’y ajouter un peu de douceur et de dynamisme. L’action prime grâce à un découpage vif et des illustrations qui se concentrent sur l’essentiel des décors, sans trop rentrer dans les détails.

Si le récit repose sur des fondations narratives plutôt classiques avec les thématiques de l’adolescence, de la pression sociale exercée par les autres, de l’intégration et de la différence, son originalité vient de l’horreur croissante de son récit. Le fantastique fait irruption dans la vie de l’héroïne, qui voit ces changements d’un bon œil avant de se laisser complètement submerger. À l’image des lecteurs, dont la nervosité s’accroît à mesure que la situation semble être inextricable. Une façon très habile de mêler récit social au divertissement horrifique !

***

MORT ET DÉTERRÉ, T1 Un cadavre en cavale de Jocelyn Boisvert & Pascal Colpron, Dupuis

(👶 à partir de 1O ans)

Yan Faucher ne porte pas son nom par hasard, puisqu’il se retrouve accidentellement poignardé à mort. Fauché en pleine vie, donc, il est enterré avec sa clarinette et un mot de l’une de ses camarades de classe.

Mais le saviez-vous : la mort n’est parfois pas si catégorique ! Yan se réveille à l’étroit dans son cercueil, et trouve rapidement le temps long. Heureusement, grâce à son instrument de musique, il trouve une occupation… et une possibilité de faire entendre qu’il n’est pas tout à fait mort – même si bien amoché ! De passage sur sa tombe, son meilleur ami entend les notes qui s’échappent de sous terre et creuse, non sans se faire remarquer, pour libérer Yan. Celui-ci se retrouve donc livré à lui-même, et avec une drôle de tête. Pas facile de passer incognito quand on est un zombie !

Si le dégoût pourrait être de mise avec ces histoires macabres de zombie et de cadavre, le dessin vient heureusement dédramatiser tout cela grâce à un style au réalisme moderne et coloré.

Ce premier tome met en place une histoire qui, bien que peu probable, suscite la curiosité et une nécessaire identification. Faut-il se manifester auprès de sa famille après sa mort, quitte à leur causer la peur de leur vie ?

L’improbabilité de la situation table sur l’humour, mais la psychologie des personnages explorée est loin d’être inintéressante et est même très bien maîtrisée. Si la cavale de Yan est pleine d’énergie, ce premier tome aurait mérité d’être un peu moins répétitif dans ses actions. Malgré cela, il donne très envie de connaître la suite !

***

CHRONIQUES DE L’ÎLE PERDUE de Loïc Clément & Anne Montel, Soleil, collection Métamorphose

(👶 à partir de 13 ans)

Sacha et Charlie sont deux frères, et comme dans toute fratrie, la bonne entente n’est pas toujours de mise. Mais quand ils se retrouvent naufragés chacun de leur côté sur une île malveillante, le manque ne s’est jamais autant fait ressentir qu’à ce moment-là.

Au milieu de créatures étranges et d’entités difficiles à cerner et peu avenantes, les deux frères expérimentent leurs peurs les plus profondes. Peur du noir, de l’abandon, des monstres…. Autant de craintes fortes de l’enfance, mais qui résonnent aussi chez les plus grands.

Ce livre est cauchemardesque pour la simple et bonne raison qu’il repose entièrement dans ses thématiques sur les cauchemars de l’enfance. Il les aborde dans toute leur noirceur, parfois même dans la violence. Malgré la candeur enfantine et la douceur du style d’illustration, la BD est sombre, hypnotique et torturée, elle caresse les névroses. Alors s’y mesurer est conseillé, mais dans des moments où le moral est inatteignable !

***

BERGÈRES GUERRIÈRES, T3 de Jonathan Garnier & Amélie Fléchais, Glénat

(👶 à partir de 10 ans)

Pour celles et ceux qui se sont déjà lancé•e•s dans la série imaginée par Jonathan Garnier et Amélie Fléchais, il est peut-être étonnant de découvrir la présence des Bergères guerrières dans une sélection de livres à frissons. 

Mais elles ont bien leur place ici avec ce troisième tome, bien plus sombre et inquiétant que ses deux prédécesseurs.

Dans ce tome, Molly et Liam sont rongés par un mal mystérieux dont l’origine semble venir des Terres mortes. Les bergères guerrières se lancent donc dans une nouvelle expédition pleine de périls encore plus dangereux que ceux qu’elles avaient anticipés.

Amélie Fléchais concentre sa palette de couleurs dans des tons sombres, où sa maîtrise de la luminosité est une évidence. L’élégance poétique de ses illustrations permet ici d’allier la douceur à l’ésotérisme frissonnant, dans un mélange qui ne laisse pas indifférent•e.

Ce troisième tome amorce un virage très intéressant pour la série, en venant nuancer l’ambiance plus légère des deux précédents. Celui-ci creuse plus profondément les relations entretenues par les personnages, et surtout le lien entre les générations (entre pression familiale, devoir, et souvenirs délaissés). 
Si les aventures sont peut-être moins épiques qu’auparavant, les sensations sont toutefois au rendez-vous avec des situations qui tiennent en haleine.. 

***

109 RUE DES SOUPIRS, T1 Fantômes à domicile, de Mr Tan & Yomgui Dumont, Casterman

(👶 à partir de 9 ans)

Elliot et ses parents emménagent dans un manoir qui a pour réputation d’être hanté. Les dires se révèlent être parfaitement vrais, puisque le jeune garçon fait rapidement la connaissance d’esprits frappeurs qui prennent vite en affection cet enfant aux parents négligents. Ces derniers sont d’ailleurs si peu présents qu’ils font appel aux services de baby-sitters pour veiller sur Elliot… en vain, car les fantômes, déjà très investis dans ce rôle, prennent un malin plaisir à les faire fuir.

Lorsqu’une nouvelle baby-sitter foule le seuil du manoir, tout le monde comprend qu’il va être bien plus difficile de s’en débarrasser. D’autant plus que ses motivations ne reposent peut-être pas uniquement sur le fait de s’occuper du garçon en échange d’un peu d’argent…

Quand le monstre n’est pas celui auquel on s’attend ! Ce début de série reprend avec succès le cadre très séduisant d’un enfant anti-héros entouré de créatures magiques, luttant contre des forces qui le dominent. Le premier tome fonctionne très bien, et jongle efficacement entre humour et phénomènes étranges. L’illustration (qui se concentre elle aussi, sur des tons bleus-gris et blanc) très cartoon permet l’exagération et la démesure, accentuant ainsi le comique de situation… mais aussi l’inquiétude.  Il est la porte d’entrée idéale pour les jeunes lectrices et lecteurs qui ont envie de se faire peur !

***

Si vous voulez aller plus loin : 

La série Billy Brouillard de Guillaume Bianco chez Soleil/Métamorphoses, à partir de 9 ans
La série Hôtel étrange de Florian Ferrier et Katherine Ferrier, chez Sarbacane, à partir de 8 ans
La série Les effroyables missions de Margo Maloo, de Drew Weing, chez Gallimard BD, à partir de 9 ans
La série La brigade des cauchemars, Frank Thilliez, Yomgui Dumont, Jungle Frissons, à partir de 10 ans

Découvrir les meilleures bandes-dessinées jeunesse

Illustration principale : ©  Amélie Fléchais/Jonathan Garnier/Glénat

©Vera Brosgol/ Rue de Sèvres
© Jocelyn Boisvert/ Pascal Colpron / Dupuis
© . Loïc Clément / Anne Montel / Soleil
Mr Tan / Yomgui Dumont / Casterman
Jonathan Garnier / Amélie Fléchais / Glénat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Input your search keywords and press Enter.