Vous lisez :
La jeunesse de Picsou de Don Rosa

Les épisodes de La jeunesse de Picsou comptent parmi ceux que j’ai le plus lus et relus durant mon enfance. On en trouvait dans les Super Picsou géant, quasi en intégrale dans des hors-séries Les Trésors de Picsou, dans Picsou magazine et je les mettais de côté chez mes grands-parents dès que je tombais dessus.

Quand on est gamin on ne connaît pas le nom des créateurs -et Disney jusqu’à récemment ne créditait pas ses artistes de toute manière- mais en ouvrant le Journal de Mickey ou les magazines Picsou je me souviens que certaines étaient classées comme « les vraies histoires » et les autres (qu’on passait vite.)

On connaît maintenant le nom et le travail de ses dessinateurs, scénaristes qui ont fait évoluer l’univers, développé les personnages et donné leurs meilleures histoires à la série comme Carl Barks, Guido Martina, Romano Scarpa, Giorgio Cavazzano, et bien sûr Don Rosa. Les éditions Glénat/Disney publient sous forme d’intégrales ce patrimoine dont on avait seulement des fragments dans la presse des 30–40 dernières années.

Grand fan de Barks, le créateur de la mythologie Picsou, de ses personnages principaux et ses ramifications (chez le même éditeur, on trouve l’intégrale Barks) ; le jeune Keno Don Rosa va explorer et densifier les thèmes proposés par son mentor spirituel. Sur les traces de Barks, il va achever de donner une assise solide à la famille la plus célèbre de Donaldville et faire de ces personnages les plus intéressants de tout l’univers Disney.

« Vous ne reconnaissez pas mon Buntline special ? Je suis Wyatt Earp !
Ah ! Et moi, savez-vous qui je suis ?
Gloups ! Cette pièce d’argent au bout d’un fil ! Picsou ! La furie du Far west ! Le massacreur du Montana ! Le poison de Pizen Bluff !…
La terreur du Transvaal, la bête noire du bush australien et quelques autres noms impressionnants, mais exacts ! Il faut sortir le dimanche ! »

Dessinateur atypique, qui n’a pas été formé au sein des studios Disney, Don Rosa remporte l’adhésion des fans dès sa première histoire publiée et se voit recommandé quelques années plus tard auprès des éditeurs qui cherchaient un dessinateur pour ce projet autour des origines de Balthazar Picsou. Avec un style plus réaliste et plus travaillé, son sens du détail et de la documentation, les planches de cette saga vont devenir mythiques pour plusieurs générations de lecteurs. Des paysages de l’Écosse natale de Balthazar aux montagnes hostiles du Klondike, en passant par les jungles vivantes et les cités englouties : les décors ancrent nos héros dans « un réel » que ne possédait pas les aventures précédentes.

Plus acéré, cerné et fouillé que le trait habituel pour ce genre de publication, le dessinateur va pousser le titre dans une direction nouvelle. Plus adulte, plus décalée graphiquement pour s’éloigner du cartoon. De même qu’en explorant les pistes ouvertes par son maitre, Carl Barks, il va donner de la profondeur aux mythes de Donaldville, de la découverte du sou-fétiche à la construction du coffre géant, en passant par la généalogie de la famille Duck. Tout cela en injectant une dose d’humour et de clins d’oeil omniprésent a fait de ces pages, des pages mémorables entre toutes.

Il ne dessine plus aujourd’hui et restera à jamais le dessinateur de Piscou, Donald et compagnie avec Carl Barks auquel il a toujours rendu hommage histoire après histoire. Et ce n’est pas une légende : vous connaissez maintenant l’histoire de l’élève fasciné qui a dépassé le maitre devenant lui-même fascinant.

« Est-ce que je veux vraiment être riche ? »

La jeunesse de Picsou de Don Rosa, éditions Glénat, 2012
+ 2 albums (T1 & 2 de la série) à ajouter à votre BDthèque (Série terminée)
+ 5 albums (T3 à 7) dans la même collection La Grande épopée de Picsou toujours par Don Rosa

N’hésitez pas à partager vos coups de coeur sur le groupe ou à me poser des questions sur Twitter si vous voulez en savoir plus.
À très bientôt !
Thomas

Images extraites de l’album © Don Rosa/Glénat/Disney

2 commentaires

  • thomasbubble

    […] phare de Disney par son dessinateur vedette. Un peu plus luxe que les intégrales Carl Barks ou Don Rosa sur Piscou, on découvre les origines du personnage, on suit son évolution graphique à travers le […]

  • thomasbubble

    […] À bien réfléchir, Donald est probablement le personnage qui a le plus marqué ma jeunesse. Dans les Picsou mag, Mickey Parade, le journal de Mickey, Super Picsou Géant que je lisais en boucle enfant et ado (ok j’avoue j’en achète toujours de temps en temps, MAIS c’est une drogue légale, j’ai le droit… Réglez ça avec Popop mon avocat.) Mickey moins. Mickey c’était moins drôle, c’était les enquêtes sérieuses avec le commissaire Finot, Pat Hibulaire et le Fantôme noir ; les dessins animés un peu moralisateurs,… Alors que Donald était fou, les aventures incroyables, l’humour omniprésent sous la patte des grands Carl Barks et Keno Don Rosa. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Entrer votre texte puis valider avec Entrée.