Vous lisez :
Une Vie dans les marges de Yoshihiro Tatsumi

Connaître l’envers du décor. Approcher l’intimité de la création. Il n’est pas rare que certains auteurs après une longue carrière se penchent sur leurs parcours, sur leurs souvenirs et proposent un témoignage irremplaçable sur leurs œuvres, leur époque et leurs contemporains. Assez vite dans ma vie de lecteur, je me suis mis à rechercher et guetter les interviews & les livres d’entretiens avec les auteurs que j’aimais.

Alors quand Une Vie dans les marges est arrivé en librairie, vous imaginez ma joie de découvrir une autofiction sur son parcours de mangaka, ses lectures de jeunesse, sa rencontre avec les créateurs de l’époque, la révolution gekiga : le tout sur fond de chronique sociale sur le Japon d’après-guerre.

Pauvreté, chômage, malaise social, … les grands thèmes qui ont fait le succès du gekiga, manga réaliste pour adulte, trouvent leurs origines dans l’enfance du personnage principal –alter ego du jeune Tatsumi. Après sa défaite et la mise sous tutelle par les USA, le Japon va mal et les classes sociales les plus fragiles vont en payer le prix fort. C’est dans ce climat rude et austère que notre héros, passionné de manga –un médium nouveau dominé par le prodige Osamu Tezuka dont les codes et les habitudes de lecture évoluent rapidement- va orienter sa vie autour de cette pratique

« — Je me suis dit qu’avec les droits que j’allais recevoir, je pourrais peut être aller à l’université…
Tu es sérieux ? Réfléchis, enfin ! Ça fait 6 mois que tu as envoyé L’île des enfants et toujours pas de nouvelles ! C’est mal parti pour gagner des sous ! Tu te trompes si tu comptes sur tes droits. Les prix gagnés avec tes mangas en une case…te rapporteront toujours beaucoup plus. »

Son style et sa manière de dessiner le monde ont forgé une école graphique et ont influencé bon nombre de dessinateurs contemporains. Mais c’est surtout ses thèmes et son sens de la mise en scène qui feront de ce jeune dessinateur le maitre d’un genre nouveau. Comme beaucoup de ses pairs, il se forme très jeune, en recopiant les illustrés et les mangas du moment et en se plaçant comme assistant auprès de dessinateurs accomplis. Le parcours de cet alter ego de l’auteur va nous révéler son plus grand secret ; dessiner, dessiner et dessiner : la pratique comme seule école.

Récompensé dans de nombreux pays pour cette œuvre testament, ce dyptique a occupé les dix dernières années de la vie de Yoshihiro Tatsumi. Disparu en 2016, il nous lègue un témoignage fort et attachant sur une vie de travail et de création toujours en prise avec la réalité. Une manière poétique et artistique de voir le monde qui ne fait pas abstraction de la condition humaine et des problématiques de son temps. Les œuvres de Tatsumi tendent à l’universel et nous touchent par son approche personnelle.

« À partir d’aujourd’hui, je me mets aux mangas sur cartes postales. »

Une Vie dans les marges de Yoshihiro Tatsumi, éditions Cornelius, 2011
+2 albums à ajouter à votre BDthèque (Série terminée)

N’hésitez pas à partager vos coups de coeur sur le groupe ou à me poser des questions sur Twitter si vous voulez en savoir plus.
À très bientôt !
Thomas

Images extraites de l’album ©Yoshihiro Tatsumi/Cornelius

Il existe une adaptation animée de cet album

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Entrer votre texte puis valider avec Entrée.