Now Reading:
À chacun son histoire d’amour (Inside Bubble ép.3)

Il va, il vient, il est éphémère, il aussi est ancré en nous et éternel. Vous l’aurez compris, on parle d’amour cette semaine, le plus humain des sentiments. Saint-Valentin oblige et Love Week de surcroît, l’équipe se la joue romantique pour cet épisode 3 de l’Inside Bubble. Les membres de la Team dévoilent leur côté fleur bleu en racontant les histoires d’amour du 9ème art qui les ont le plus touchés !  

Carole découvre l’amour en différé

Malheureusement la réalité de la vie est parfois bien différente des rêves, et les histoires d’amour ne se déroulent pas toujours aussi bien que dans un film hollywoodien. Au moment de partager une émouvante love story Carole ne fait ni dans le tout beau, ni dans le « tout est bien qui finit bien », au contraire, elle nous parle de la relation touchante aux allures de mélodrame entre Lubin et Tamara dans Ces jours qui disparaissent, la BD à succès de Timothé Le Boucher (chez Glénat.) «Au milieu d’un scénario simple, mais tellement troublant, c’est une histoire d’amour qui nous touche en plein cœur et qui suscite un vrai sentiment de tristesse et de compassion envers les personnages.»

La BD nous plonge dans la vie de Lubin Maréchal, un jeune acrobate de cirque dont le quotidien bascule. Âgé d’une vingtaine d’années, le jeune homme se rend compte qu’il ne vit plus qu’un jour sur deux ! Il découvre qu’une autre personnalité prend possession de son corps, un « autre lui-même » avec un caractère radicalement différent du sien. La vie de Lubin s’efface petit à petit, et au milieu de tout ça ce sont ses rêves, ses amitiés et surtout sa relation amoureuse avec Tamara qui en souffre.

«C’est un peu comme une relation longue distance, mais en plus compliqué. Il y a la distance physique, mais aussi la distance temporelle. Là, il n’est même pas possible de textoter ou de faire du Skype.» Carole le prend avec humour, mais l’histoire d’amour entre Lubin et Tamara prête à une réflexion profonde sur le thème de la complexité de la personnalité humaine. «J’aime la façon dont c’est raconté, car ce n’est pas trop niais et dégoulinant de guimauve. Cette BD a le mérite de faire réfléchir chacun sur lui-même, le sens de l’amour et de la vie.»

***

Thomas cherche l’amour dans les étoiles 

Quand Thomas doit parler d’une histoire d’amour émouvante, il n’hésite pas une seconde et sort celle de Lupus. Notre éditorialiste a eu un véritable coup de cœur pour l’œuvre de Frederik Peeters (chez Atrabile.)  «Le dessinateur venait de publier Pilules Bleues, un journal intime de sa relation avec sa compagne malade du SIDA et leur réflexions et doutes qui dépassent les aprioris et les barrières habituellement associées à ce virus, sans pathos et avec beaucoup de grâce. Avec Lupus, il va plus loin encore dans l’intime et l’autobiographie sous couvert de la fiction cette fois.» Sous le couvert de la fiction se cache une autobiographie saisissante où l’auteur suisse se confie sans retenue. Il expose ses secrets les plus intimes et ses moments d’amour les plus forts, les hauts comme les bas.

Cette romance a lieu dans un cadre original. Les protagonistes sont plongés dans un univers de science-fiction où les vaisseaux, les créatures extra-terrestres et les robots composent l’environnement. Ce monde surprenant n’enlève rien à l’émotion et la profondeur de l’ouvrage. Peeters sublime l’amour par les dessins. « Un trait jeté, improvisé au départ qui s’affine au fil des pages. Son attention particulière aux mouvements et à la représentation des corps extrêmement convaincants en fond un roman graphique qui prend des allures de carnet de croquis pris sur le vif distillé dans ce décor de SF. Et si les planches présentent des scènes quotidiennes très contemplatives, le dessinateur leur juxtapose systématiquement des explosions cosmiques : créatures et décors très graphiques aux spirales et volutes infinies.»

Au travers de ce carnet esthétiquement très travaillé, Peeters engage constamment le lecteur à se questionner sur l’amour et ses différentes formes « Si on a bien les vaisseaux, les créatures extra-terrestres et les robots, on a surtout un récit sur l’amitié et l’amour, sur la filiation et la paternité, sur le passage à l’âge adulte et les liens avec l’enfance. C’est une double histoire d’amour, sans trop de spoilers je peux dévoiler que Sanaa la nouvelle copine de Lupus tombe enceinte et le rapport à la paternité prend une place très importante dans leur histoire. C’est une série sur le rapport au temps, sur la fuite des possibles et les désillusions de la jeunesse (ce qui est assez comique dans un album de science-fiction où les frontières du possible sont considérablement repoussées par rapport aux nôtres).» 

***

David, l’amour est son nindo

Heureusement, les histoires d’amour ne finissent pas toujours mal ! David décide de nous parler de l’une des relations amoureuses les plus populaires du 9ème  art japonais dans le manga culte Naruto (chez Kana.) Nombreux d’entre vous pensent instinctivement à l’idylle entre Sakura et Sasuke, mais il s’agit de la relation entre Naruto et Hinata ! «C’est une love story qui met du temps à être officialisée dans l’intrigue. On voit les deux personnages ensemble, bras dessus bras dessous, mariés seulement à la toute fin du manga, et pourtant les signes de leur amour sont évidents tout au long des albums de Masashi Kishimoto. Ce qui est intéressant c’est de voir comment une histoire d’amour peut se construire sans forcément voir un coup de foudre»

Naruto est au départ un héros rejeté, la gente féminine n’a d’yeux que pour son rival Sasuke. Hinata est la seule à avoir des sentiments pour le petit blond aux yeux bleus. Dès le départ, la fille du clan Hyyuga va afficher son amour pour le ninja malaimé. Hinata est persuadée que Naruto parviendra à réaliser son rêve de devenir Hokage, le chef et le meilleur ninja du village. «On a l’habitude de dire que derrière le succès de chaque grand homme se cache une grande femme. C’est l’impression que j’ai avec Hinata. C’est la conjointe qui a su croire en son homme dès le départ, celle qui n’a jamais douté de lui et qu’il a aimée quand personne ne le faisait.»

Hinata a grandi dans l’ombre de son grand frère Neiji, prédestiné a assuré la relève et la gloire de la famille dans le monde ninja. «On voit des points communs évidents entre les deux personnages, donc on n’est pas surpris qu’il finissent ensemble. Dans leurs similitudes, on y voit une certaine unité du couple.» Les deux personnages partagent la même devise, le même « nindo » : « Je ne reviens jamais sur ma parole ». Deux personnages ultras déterminés qui vont toujours faire preuve de persévérance dans le combat tout comme dans leurs relations. «Ce que j’aime également c’est la manière qu’ils ont de se protéger l’un l’autre. Surtout pour Hinata, qui ne va pas hésité à se sacrifier pour Naruto au point de frôler la mort contre Pain. Ça montre la dimension protectrice de l’amour, mais on voit aussi un stéréotype être renversé avec la femme qui vient au secours de son homme dans le combat alors qu’on est habitué à l’inverse.»

***

Nicolas pense à la force de l’amour fraternel

Nicolas se montre original, au lieu de parler d’une histoire d’amour conjugale, notre CEO choisit de partager son coup de cœur pour une relation fraternelle, celle de Baudouin et son frère Luc dans la bande dessinée de Fabien Toulmé, Les deux vies de Baudoin (chez Delcourt.) «Généralement quand on pense aux histoires de cœur, immédiatement le cadre du couple nous vient à l’esprit. Dans cet ouvrage on sort complètement de ce schéma classique et on découvre la force de l’amour dans le cadre familial. La fraternité qui unit Baudoin et Luc m’a fait découvrir une des plus belles histoires d’amour mises sur planches.» 

Baudouin, un homme âgé de la trentaine, solitaire, enfermé dans un quotidien monotone de juriste dans une grande entreprise à La Défense, ne s’épanouit pas dans son travail. Sa vie sentimentale est inexistante, il vit avec un chat pour seul compagnon et croule sous des prêts à rembourser. Tout le contraire de son frère, Luc, médecin dans une ONG, une personne ouverte d’esprit, un voyageur qui croque la vie à pleines dents. «  C’est intéressant de voir l’amour fraternel que partagent les deux hommes malgré leurs caractères diamétralement opposés. On voit tout même l’importance que peut jouer le rôle d’un grand frère dans une vie. La présence de Luc aide énormément Baudouin à reprendre goût à la vie et à sortir de son quotidien morose. La force de l’amour c’est aussi la capacité d’influencer positivement.»

La vie de Baudoin bascule lorsqu’il découvre qu’il est atteint d’un cancer et qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre. Il décide alors de tout abandonner pour partir avec son frère en voyage. «La maladie de Baudoin va encore plus rapprocher les deux frères qui vont être plus que jamais unis et soudés dans la souffrance. Cette étape du récit et de la relation des deux frères est très émouvante. Cela pousse à une véritable réflexion sur les thèmes de la réussite professionnelle et de la réalisation personnelle. Au travers de la maladie, on reprend conscience de ce qui est véritablement important dans la vie. On réalise que la vie vaut la peine d’être vécue quand on poursuit ses rêves. C’est la meilleure façon de s’accomplir en tant que personne.»

***

Clément se laisse surprendre

Clément porte son choix sur la relation amoureuse entre deux lycéens, Tomyo et Nagisa dans le manga Clannad du studio Key & Juri Misaki (chez Ototo.) «  En termes d’écriture, cette histoire n’est pas hyper émouvante ou particulièrement profonde, mais ce qui m’a marqué c’est justement sa capacité à nous tenir en haleine.» La rencontre et la relation entre les deux lycéens n’ont rien d’original. Au départ on est dans quelque chose d’assez classique. «  Un coup de foudre entre deux ados. Un garçon qui cherche à découvrir les secrets et la personnalité d’une fille. Ils finissent ensemble, s’aident mutuellement à réaliser leurs rêves et construire un avenir. Rien de spécial jusqu’à là, mais on a envie de suivre cette histoire de près pour savoir pourquoi, quand et comment l’intrigue va basculer!»

Alors que le scénario du manga était assez linéaire, la fin de l’histoire va apporter une autre dimension à la relation entre Nagisa et Tomaya. Après avoir vécu leurs années au lycée, après avoir traversé des difficultés familiales et après s’être mariée suite à une courte période de cohabitation, la couple attend désormais un enfant. Cependant Nagisa tombe malade durant sa grossesse. La jeune femme a été convalescente précédemment dans le manga, mais cette fois-ci, la maladie qui la ronge semble bien plus grave… 

« La fin de Clannad est complètement surréaliste et surtout inattendue! Au moment où Nagisa tombe malade puis meurt, on est pris de compassion pour Tomyo et évidemment on se pose des questions sur comment surmonter une épreuve comme la mort de son conjoint. Comment gérer une absence qui, quoi que l’on fasse, ne pourra pas être remplacée. Quand Tomyo se retrouve seul avec sa fille, on se dit également qu’élever un enfant seul dans ce contexte est vraiment difficile. Quand Nagisa revient à la vie de façon surréaliste, d’une part j’avoue qu’on a du mal à y croire et on se dit que le manga est complètement fou, mais d’autre part on se dit que c’est une façon de nous rappeler que la vie peut parfois être surprenante, surtout lorsqu’il s’agit d’amour. »

***

Benoît, l’amour et ses prises de bec 

Le cœur a ses raisons que la raison ignore. Notre développeur opte pour la relation tumultueuse entre Picsou et Goldie dans les épisodes de La jeunesse de Picsou. « Don Rosa ne s’étale pas sur les moments de romance qu’ils ont pu vivre. Les détails de leur relation mettent du temps à arriver dans l’intrigue. Plusieurs signes nous montrent néanmoins que Picsou éprouve des sentiments forts pour Goldie. Cependant, il a tout de même une drôle de façon de lui montrer son amour et de lui faire savoir à quel point il est attaché à elle : il va même aller jusqu’à la kidnapper. »

Effectivement, Goldie apparait pour la première fois dans l’Empereur du Klondike, un des albums les plus célèbres de La jeunesse de Picsou relatant la fameuse épopée de la ruée vers l’or. Goldie est danseuse dans le cabaret du Blackjack Saloon et dépose un somnifère dans le café de Picsou. Les complices de la danseuse lui volent alors son trésor. Une fois sorti de son sommeil, Picsou s’aperçoit qu’on lui a dérobé sa pépite géante. Il met alors tout en œuvre pour le récupérer, allant même jusqu’à se battre avec les voleurs. Il parvient à reprendre ce qui lui appartient. Revanchard et décider à donner une leçon, il la kidnappe pendant un mois. Il l’emmène dans la vallée de l’Agonie Blanche afin lui de lui apprendre les difficultés du travail des prospecteurs et surtout pour lui montrer à quel point il a souffert pour avoir cette pépite. 

À la suite de ces évènements, les chemins de Goldie et Picsou se séparent. « Goldie et Picsou c’est une relation mystérieuse où l’attirance côtoie la répulsion. Les deux personnages ne savent pas vraiment comment exprimer leurs sentiments et comment démontrer leur amour. Leurs incompréhensions et leur manière de s’aimer les emmènent à se blesser mutuellement. C’est intrigant de voir comment l’amour peut parfois cohabiter avec des sentiments radicalement différents. »

***

On vous retrouve très vite pour vous en faire découvrir plus sur nos lectures.
Rendez-vous au prochain épisode d’Inside Bubble 

En attendant, participez à la Love Week
Et retrouvez nos incontournables & les dernières sorties .

Illustration principale : extrait de Ces jours qui disparaissent
©Timothé le Boucher/Glénat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Input your search keywords and press Enter.